Commissaires

Rémy Albert
Antoine Bertron
Chloé Beulin
Clémence Canet
Silvia Carboni
Vincent Crapon
Jeanne Dantin
Laura Donnet
Barbora Komarovà
Carine Mosca
Jeanne Pedespan
Simon Rannou
Marine Ricard
Bruno Salviac

Extrait du Journal d’exposition n°26

Né en 1943 à Los Angeles, disparu en 2012, Michael Asher a été l’un des artistes conceptuels américains les plus intransigeants de l’histoire de l’art des quarante dernières années. Il appartient à la génération artistique qui a contribué, dès le milieu des années 1960, à produire des travaux qui bouleversent radicalement les formes visuelles traditionnelles en revendiquant une position volontairement insaisissable pour le marché de lart. À cette époque, les pratiques conceptuelles engagent une réflexion sur la notion d’auteur qui privilégie avant tout lénoncé d’une idée au détriment de l’objet pensé comme forme.
Cette approche renouvelée de la création laisse place à une conception de l’art où l’absence, la dématérialisation voire la disparition permettent de redéfinir les conditions de réception de l’œuvre d’art. Les interventions in situ de Michael Asher convoquent des matériaux et des techniques systématiquement conditionnés par les paramètres des expositions notamment l’histoire du lieu, sa fonction ou encore son architecture. Ainsi, en 1969, l’artiste présente Air Column au Newport Harbor Art Museum, une colonne d’air accéléré large d’une quarantaine de centimètres et dont le dispositif est dissimulé au plafond.
Appartenant à la série des Air Works, cette œuvre invisible questionne les conventions classiques de l’exposition. Lexpérience inédite qui en résulte encourage à porter une attention accrue sur lenvironnement alors perturbé d’infimes oscillations. En écho à cette installation, l’artiste présente, à la galerie Claire Copley en 1974, lespace vide mais le prive également de l’une de ses cloisons, dévoilant ainsi les bureaux et réserves de la galerie. Par ce renversement, il offre une plus grande visibilité tout en soulignant les conditions de travail du personnel de la galerie commerciale qui se trouve mise à nu dans tous les sens du terme. C’est à la même période, au début des années 1970, qu’il reprend au California Institute for the Arts (CalArts, Los Angeles) le cours de Post-Studio Art initié par John Baldessari, un autre pionnier de lart conceptuel. Tout au long de sa carrière, Michael Asher fait de lenseignement l’un des fondements de sa réflexion artistique.

Exposition « Unavailable » 2014

Organisée par les étudiants du MAE, l’exposition Michael Asher “Unavailable” est la première consacrée au travail de l’artiste californien Michael Asher depuis son décès en octobre 2012. Dans le cadre d’une formation curatoriale qui souhaite allier approche empirique et théorique de l’exposition, le projet Michael Asher “Unavailable” a pour ambition de faire perdurer la pratique d’un artiste qui ne cesse d’exercer une influence décisive sur les pratiques artistiques actuelles.

Le travail de Michael Asher se fonde sur une remise en cause du fonctionnement et de l’usage des lieux d’exposition. Qu’elles impliquent l’architecture du lieu, le public, le personnel d’une institution, ses interventions toujours contextuelles intègrent la notion de sculpture, les données économiques, spatiales et temporelles de l’espace d’exposition. Généralement éphémères et dématérialisés, les travaux de Michael Asher posent aujourd’hui le problème de leur postérité.

Michael Asher “Unavailable” tente le pari de réaliser une exposition de Michael Asher sans Michael Asher. Le format de la rétrospective est ici écarté au profit d’une proposition expérimentale. L’exposition Michael Asher “Unavailable” s’envisage comme une extension de la démarche conceptuelle de l’artiste. Ce choix se concrétise notamment travers l’interprétation d’un projet de l’artiste présenté la Galerie Art & Essai. Cette réactualisation s’est construite en adéquation avec les outils et techniques qu’utilisait Michael Asher.

De son vivant, Michael Asher n’a que trop rarement exposé dans les institutions françaises et sa production demeure en partie découvrir. C’est pourquoi, en complément de l’exposition qui se tiendra la Galerie Art & Essai, un espace de documentation et de recherche, au sein de la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2, permettra au visiteur de consulter librement des ouvrages et des documents d’archives retraçant le parcours de l’artiste.

Archives disponibles

Visuel : Simon Rannou, d’après d’un dessin originel de Michel Asher